Villes de rêve, chapitre 7: Montréal

Publié le par Patrice Alzina

Villes de rêve, chapitre 7: Montréal

" Je reviendrai à Montréal"   chante Robert Charlebois !

Je suis allé souvent dans cette si belle ville du Québec, et je forme le voeu de pouvoir y retourner, pour sa beauté, son accueil, et la gentillesse de ses habitants.

Le Québec m'a souvent inspiré, et j'ai déjà dans ces pages eu l'occasion de vous le raconter. Aujourd'hui, je vous invite à me suivre pour une promenade en ville et au cours du majestueux Saint-Laurent

Villes de rêve, chapitre 7: Montréal

Tempête de neige

 

 

C'est jour de neige à Montréal,

Les écureuils bruns sont transis

Des sous-bois nus du Mont Royal

Aux places de Ville-Marie.

 

Une armure de menthe glaciale

Couvre le Saint-Laurent soumis,

Tel un prisonnier asservi

Enchaîné au maître hivernal.

 

Fuyant les affres boréales,

La cité s'est ensevelie

En labyrinthiques dédales,

Laissant la bise de cristal

Guider le ballet ébaudi

Des floconneuses bacchanales.

Villes de rêve, chapitre 7: Montréal
 ancienne et Nouvelle France : une station de métro parisienne à Montréal

ancienne et Nouvelle France : une station de métro parisienne à Montréal

Au Saint-Laurent

 

Comme un génie surgi des forêts éternelles,

Palpitant et grondant de puissance infinie,

Tu es le sang vivant de ce peuple fidèle,

Libre, comme l'est l'âme des gens de ce pays.

 

Voici qu'à Montréal tu déploies tes audaces;

De la ville dressant ses totems vers le ciel,

Et du fleuve charriant ses montagnes de glace,

Doit-on voir le combat ou la passion charnelle ?

 

A Québec tu te fais l'écrin du Frontenac,

Miroir où frémit le fantôme de Champlain,

Lieu où des marins las, jetant leur havresac,

Fondèrent une histoire à la force des mains.

 

Par-delà Tadoussac es-tu encore rivière ?

Ou bien t'es-tu déjà uni à l'océan ?

Tes rives sont si loin que tu sembles une mer

Où les géants du large deviennent caressants.

 

Saint-Laurent généreux, tel les hommes d'ici,

Tes flots comme leurs rires peuvent être homériques,

Pour qu'éternellement tes ondes vivifient

Les fleurs de lys de France en terre d'Amérique.

 

Ce texte a été primé en 2013 lors de "La Magie des Mots", Concours International de Poésie Francophone de Montréal, lors de la Francofête organisée par le Gouvernement du Québec

 

 

 

Montréal l'américaine ...

Montréal l'américaine ...

et Montréal, la traditionnelle .

et Montréal, la traditionnelle .

Il se trouve que parmi mes passions, il y a la recherche historique dans les archives...

Et j'ai eu la chance de découvrir il y a quelques années aux Archives Nationales d'Outre-Mer à Aix-en-Provence, l'un des premiers plans de la création de Montréal dans ce qui était alors la Nouvelle France !

l'Oratoire Saint-Joseph

l'Oratoire Saint-Joseph

le Parc Olympique

le Parc Olympique

Alors que se termine cette saison 2016-2017, je tiens à remercier les artistes musiciens qui m'ont accompagné durant mes prestations, et qui ont su par leur talent et leur disponibilité, mettre en valeur mes textes au cours des différentes performances qui nous ont réunis !

Emeline Chatelin à la harpe et Philippe Molino au zenko lors de la Fête de la Musique 2016 à Cannes

Madelaine Moya Rubio au saxophone lors du Festival du Livre de Mouans Sartoux

Jean-Luc Schwab à la clarinette, Sophie-Hélène Potron à la flûte, et de nouveau Philippe Molino aux percussions, sans oublier Myriam Primus au chant, lors de ma soirée au Château de Mouans Sartoux, accompagnés par les oeuvres picturales de Claude Peynaud, exceptionnellement exposées

Marie Dumas au violoncelle lors de la Fête de la Musique 2017 à Cannes.

Un immense merci à eux tous, dans l'attente de nous retrouver ( et pourquoi pas tous ensemble et avec d'autres!) pour d'autres aventures.

le parc Jean Drapeau

le parc Jean Drapeau

textes:  Patrice Alzina

photos: Catherine et Patrice Alzina

A bientôt les amis !!!!!!!

Villes de rêve, chapitre 7: Montréal

Commenter cet article